La ligne imaginaire pour un record bien réel

Publié le par Celine

Après presque une semaine (6j, 23h) à bord du maxi trimaran Sodebo, Thomas Coville mène le cap et continue sa route vers l'Amérique du sud. Il devrait franchir l'équateur dans les prochaines heures. Une ligne imaginaire pour un combat quotidien et bien réel pour le skipper.



Thomas a lutté toute la nuit contre les vents très capricieux de cette "région" marine, mais plus il gagnera le Sud et plus ces vents devraient se tempérer.


Bien plus que la mer, les vents représentent une force indispensable à avoir dans sa poche pour gagner un record. Eole et Poséïdon, deux dieux aux pouvoirs immenses de vie et de mort sur les marins. Certains loups de mer affrontent les océans avec l'appréhension du large, des vagues, du courant menant le bâteau. Mais l'élément essentiel reste le vent. Celui qui peut, en un petit coup de pouce, aider Thomas à réaliser son rêve.


Là où la mer l'a fait chuter l'an dernier dans sa tentative de record, les vents pourraient bien l'aider cette année ; même en lui donnant du fil à retordre.


A cette heure-ci, THomas Coville a 131 miles de retard par rapport ) au parcours Francis Joyon. Mais rien n'est joué et tout pourrait bien changé à l'approche des côtes brésiliennes.


On imagine un homme seul au milieu de l'océan, sans rien autour, naviguant confiant et déterminé, sur le plus grand trimaran du monde.


"La descente de l'Atlantique, c'est vraiment le saut ! Il y a un terrain de jeu qu'on connaît : ouessant. Puis le golf de Gascogne qui est vraiment le jardin dans lequel on a tous grandis. Tout de suite après les îles de Madère et les Alizées. C'est vraiment la période connu, la seule qu'on choisit de ce grand parcours... Et après on rentre dans l'inconnu : c'est le pot au noir. C'est la zone de transition entre l'hémisphère nord et l'hémisphère sud. Deux zones qui se rencontrent et qui plus ou moins s'annulent en faisant une zone compliquée à passer."


Thomas a désormais passé le pot au noir et se rapproche de l'hémisphjère sud, plus accueillante mais inconnue. La route s'ouvre à lui...






A lire aussi :

>> L'équateur aujourd'hui...

Publié dans Seul O'tour du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article